mardi 18 octobre 2011

Le Syndicat Apicole Artésien contre le CRUISER

Ce 15 octobre, des manifestations d’apiculteurs opposés 
à l’utilisation des semences de colza enrobées de
cruiser OSR, se déroulent dans certaines régions de France.
Les adhérents du SAA pour exprimer leur inquiétude
 et leur solidarité ont invité la presse locale.


1) L’autorisation du cruiser OSR en enrobage de semence du colza

Chronique de l’autorisation du cruiser OSR :
Sur un avis positif de l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire) en date du 15/10/2010 publié le
15/06/2011, la DGAL (direction générale de l’alimentation) attribue une AMM (autorisation de mise sur le
marché) pour le cruiser OSR.
Cette AMM est publiée le 16/06/2011.
Compte tenu des dates auxquelles ces décisions ont été rendues publiques, on peut se demander s’il n’y a
pas eu volonté de dissimulation de l’autorisation pour permettre aux fournisseurs de semences (syngenta) de
vendre leurs semences aux exploitants agricoles avant que le monde de l’apiculture puisse être informé et ait
pu réagir.

Quels sont les risques de l’utilisation du cruiser OSR pour les colonies d’abeilles ?
La composition du Cruiser est la suivante :
280 g/l thiaméthoxam -> Neurotoxique
32.30 g/l métalaxyl-M -> augmente l’effet du thiaméthoxam
8 g/l fludioxonil->action fongicide.
Il faut savoir que le 15/06/2010, l’ANSES a donné un avis « dangereux pour les abeilles » pour modifier
l’emploi du cruiser 350 en conseillant les cultivateurs de ne pas semer de colza derrière le tournesol traité au
cruiser 350 pour éviter des dégâts sur les colonies d’abeilles.
Cet avis a été minimisé sur la notice d’utilisation du cruiser 350 de la firme Syngenta.

On peut difficilement croire que l’utilisation de semences de colza enrobées de cruiser OSR seront sans
effet sur les colonies d’abeilles.

Actions envisagées :

Il est plus que probable que les apiculteurs ne se résigneront pas, et l’année 2012 qui sera une année
électorale (faut-il le rappeler) les verra probablement manifester pour défendre leur activité et leurs colonies
d’abeilles.
Ce sujet reviendra à l’ordre du jour de l’Assemblée Générale de printemps.

2 )Article de presse « le miel n’échappe pas à la pollution :

Selon un article du magazine soixante millions de consommateurs, la totalité des miels analysés issus de la
grande distribution ou de marques (même ceux qui ont le label « bio ») sont de bonne qualité mais
contiennent des pesticides et parfois des antibiotiques.
Les doses sont toutes inférieures aux limites réglementaires, cependant si l’on retrouve des pesticides même
dans le miel il conviendrait d’analyser d’autres aliments (viandes , céréales…) qui semblent beaucoup plus
exposés et non protégé par l’abeille qui sert de filtre quitte à en mourir…..

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget